Vivre dans le Nogentais(Avant-lès-Marcilly et environs)

renaissance A 1789 (2 )

 

    2. Un lent appauvrissement

           Malheureusement, les impots ne cessent d'augmenter.

            Voici, leur répartition :

           ---- IMPOTS DUS AUX SEIGNEURS


       le CENS :     droit d'utiser les terres sur le fief du seigneur ( souvent modique )

 

      le DROIT DE LODS ET VENTES:  taxe de 1/6 de la valeur de la terre sur vente et héritage

      le TERRAGE :      redevance en nature de 1/6, de la récolte ( 1/14, pour le raisin )

      les CORVEES :    travaux pour le seigneur en échange de sa protection.

 

       De plus, le seigneur posséde des monopoles qui causent bien des tourments aux paysans :

       chasse et péche, droit de colombier,

       banvin ( droit de primauté sur les vendanges et ventes de vin)

        banalités ( moulins, pressoirs, fours,routoirs pour faire rouir le chanvre)

        justice non criminelle.

 

         --- IMPOTS DUS A L'EGLISE

            Les DIMES : prélèvement en nature de 4 à 6% effectué dans les champs avant l'enlèvement des récoltes,

             et sur l'accroissement des troupeaux.

 

            La DIME, doit étre versée avant tout autre impot ( la moitié est destinée au curé, aux pauvres et à l'entretien du choeur

            et du trannsept de l'église.

 

            L'autre moitié est répartie entre les abbayes du diocése et l'évéché

            Mais il existe de nombreux abus et détournements.

 

          ---   IMPOTS DUS AU ROI

             la taille : montant imposé par l'administration royale à chaque communauté villageoise.

 

             Des syndics élus par la population sont chargés de répartir cette somme entre les familles,

            de la collecter et d'en conserver 5,7 %

 

             Ce montant conservé permet de payer des gardes champétres,

              un berger communal( obligatoire depuis 1669)

             les fétes de village, l'entretien de la nef de l'église,

              des chemins, des ponts, de l'école et de tout le patrimoine commun.

 

             La gabelle : taxe sur le commerce du sel.

             L'importance de cette taxe provoqua une impotante carence en sel des troupeaux