Vivre dans le Nogentais(Avant-lès-Marcilly et environs)

MOYEN AGE

 

 

 

               III .  LE  MOYEN AGE   

 

                    1.  Le Haut Moyen Age : un déclin passager

 

                      Les grandes invasions par leurs pillages et destructions, ont ruiné le monde rural.

                          Des régions entières sont dèpeuplées et laissées à l'abandon.

                          Les riches domaines Gallo-romains ont complétement disparu

                          au profit d'une paysannerie misérable.

                          Le développement de la grande féodalité au VII ème siécle prend les paysans en otage:

                          soit, ils sont écrasés d'impots, soit ils deviennent esclaves.

 

                          Bien souvent, ils quittent leur terre et forment des bandes de pillards.

 

                          L'agriculture ne subsiste que par les serfs des domaines seigneuriaux et par les moines.

                          En effet le développement des abbayes

                          permet de contrecarrer le déclin de la paysannerie et d'assurer tout juste

                          l'alimentation du pays.

                          Dans cette situation, les techniques et les outils régressent.

                          Il existe alors deux classes de paysans:

                         Les laboureurs

                         qui possédent un animal de trait

 

                         et les manouvriers

                        qui travaillent uniquement de leurs mains.

 

                         Les premiers sont plus riches et moins nombreux et peuvent employer

                         des manouvriers,

                         mais ces 2 catégories

                         sont entirement soumises aux seigneurs:

 

                        ce sont des serfs.

 

 

  2. Le renouveau des XIIème et XIII ème siècles

                  A partir du XIIème siècle, grace au développement des abbayes

 

                  et des périodes de paix et de prospérité, le progrès technique

                  maintenu par les moines      chant.mp3 chant de moines

                                                                                                                                 clic ci dessus

                  se répand à nouveau.

 

 

                  Défrichement et assèchement réapparaissent.

                  L'amendement des terres s'améliore grace à l'utilisation de chaux,

                  de charbon de bois ou de salpétre.

 

                   L'araire est perfectionné et devient charrue,

 

 

                   le collier d'attelage est inventé pour faciliter la traction animale.

 

 

                 Le fer à cheval

 

                 est généralisé pour limiter l'usure des sabots.

 

 

                 La population rurale retrouve une démographie en croissance normale.

                 Une nouvelle classe sociale apparait:

                 Les paysans les plus riches se sont spécialisés et sont devenus encore plus riches:

                 Ce sont les bourgeois

 

 

                  ils prennent leur indépendance et développent l'artisanat et le commerce.

                  Les marchés et foires prennent de l'ampleur assurant un débouché pour les productions.

                  Par contre la grande majorité des paysans restent pauvres et exploités.

                  On les appelle alors des manants  ou des vilains.

 

 

 

    3. Une fin de Moyen-age en dent de scie

                     

                      Aux XIV et XVème siècles la prospérité retrouvée connait bien des vicissitudes.

 

La guerre de  Cent ans

 

 

                        avec ses pillages, les grandes pestes,

 

 

                       les rivalités entre Seigneurs,

                       sont autant de misères agricoles

                      et provoquent parfois de grandes révoltes paysannes.

 

                      Durant cette période, la population rurale diminua de moitié.

                      Les surfaces cultivées et les savoirs faire

                      ont certainement diminué dans les mémes proportions.

 

                      Mais à chaque répit, les paysans reprennent courage

                      et leur aisance renait peu à peu.

 

 

                      L'affaiblissement de la féodalité    

                     permet aux paysans davantage de liberté.

                      Le servage disparait

 

                   au XVème siècle et les impots diminuent