Vivre dans le Nogentais(Avant-lès-Marcilly et environs)

MAIRIE NOGENT

                                            Mairie de Nogent sur Seine

 

Éviction de ses adjoints : le maire fait marche arrière

Publié le samedi 04 février 2012 à 10H15 -  

Nouveau rebondissement : le premier magistrat Gérard Ancelin vient de faire savoir qu'il laissait leurs délégations à ses adjoints

Nouveau rebondissement : le premier magistrat Gérard Ancelin vient de faire savoir qu'il laissait leurs délégations à ses adjoints


Nogent-sur-Seine - Un coup oui, cette fois non : Jean-Pierre Mérat et Hugues Fadin ne perdront pas leurs délégations. Gérard Ancelin s'est finalement rétracté

 

« J'avais dit que je prendrai ma décision définitive vendredi matin. C'est fait. Il faut être dans la vie magnanime. J'ai donc décidé, le temps de la forte déception passée, de privilégier l'intérêt général et de ne pas retirer les délégations à Hugues (Fadin, NDLR) et Jean-Pierre (Mérat, NDLR). À eux maintenant de se positionner. J'attends… et n'en dirai pas plus. De cet épisode, nous tirerons des leçons et serons encore plus forts au service de tous. »
Quelques lignes sobres et simples mais qui font pourtant état d'un gros revirement. Alors que la fin du feuilleton semblait déjà écrite, le premier magistrat de Nogent-sur-Seine change la donne.
Depuis une semaine, quatre membres de la majorité étaient sur la sellette, après s'être positionnés en marge de leurs colistiers concernant le futur projet muséal, s'attirant par là même les foudres du maire.
Mais après avoir annoncé haut et fort l'éviction de deux de ses adjoints et de deux conseillers municipaux, Gérard Ancelin fait marche arrière et, « magnanime », décide de laisser leurs délégations à deux hommes qui se sont, de l'avis de tous, toujours investis dans la vie de la commune.

Les élus doivent encore faire un choix


Le suspense reste pourtant entier : Hugues Fadin et Jean-Pierre Mérat accepteront-ils de réintégrer leurs bureaux, en mairie ?
Rien n'est moins sûr. Les deux intéressés veulent en effet se laisser un peu de temps pour réfléchir, peser le pour et le contre.
Hugues Fadin, présent en mairie hier, « s'attendait à un arrêté de retrait de délégation qui finalement n'est pas venu puisque le maire m'a dit qu'il ne le prendrait pas ». L'adjoint jusque là en charge des travaux et de l'urbanisme a pourtant choisi de réserver sa réponse quelques jours.
Visiblement affecté par les derniers événements, Hugues Fadin souhaite pour l'instant « souffler ». « Tout est confus dans ma tête, j'ai pris un grand coup sur la tête », affirme-t-il.
Concernant le sort de Patrick Deladerière et sa collègue Françoise Teinturier, « le maire les a contactés. Ils ont indiqué tous les deux qu'ils participeront à la prochaine réunion de majorité », fait-on savoir en mairie.

Aurélie GUILLEMOT Imprimer Recommander Wikio digg

Deux maires adjoints sanctionnés

Publié le mercredi 01 février 2012 à 10H32 - 


Nogent-sur-Seine Les maires adjoints, Hugues Fadin et Jean-Pierre Mérat, ont été informés hier du retrait de leurs délégations et de leur exclusion de la majorité

 

À Nogent, il ne fait pas bon sortir du rang. Certains élus viennent d'en faire les frais, quelques jours après le vote du projet muséal marqué par une scission au sein de la majorité. Hugues Fadin, maire adjoint délégué à l'urbanisme, aux travaux et à l'environnement, n'avait pas siégé jeudi. Élu au conseil municipal depuis 1977, il vient d'apprendre que ses délégations lui étaient supprimées et qu'il était écarté de la majorité. Son collègue chargé de l'administration générale et des affaires sociales, Jean-Pierre Mérat, qui s'était abstenu, a subi le même sort. Interview à chaud…


Hugues Fadin, comment avez-vous appris la nouvelle ?
« Gérard Ancelin me l'a annoncée ce matin (N.D.L.R. : mardi), de même qu'à Jean-Pierre Mérat. Il m'a dit, un peu penaud : " Je suis déçu, je pensais jusqu'au dernier moment que tu allais voter pour. Donc, je ne peux continuer avec toi. " Il signera l'arrêté vendredi matin. Pour nous destituer de nos postes de maire adjoint, il faudra en revanche un vote du conseil. Le maire m'a informé aussi que je ne faisais plus partie de la majorité, comme Jean-Pierre Mérat et deux conseillers municipaux, Françoise Leteinturier qui a voté contre et Patrick Deladerière absent jeudi. »


Êtes-vous surpris ?
« À l'issue du conseil municipal, on m'a rapporté que deux élus avaient dit qu'il fallait nous virer… Je savais qu'il y avait une menace, mais de là à la mettre à exécution. Juste avant la réunion, le maire m'a téléphoné pour me demander si je venais. Je lui ai répondu que je ne voulais pas l'embêter, que si j'y allais, je dirai des choses et je ne voterai que sur la partie loyer/immobilier. Il m'a dit de me taire et de voter pour le projet intégralement, sinon je m'excluais de la majorité et il ne pourrait plus travailler avec moi pendant les deux ans qui restent. »


Qu'est-ce qui vous gênait dans le projet muséal ?
« La partie maintenance. Je trouvais le prix exorbitant, je l'avais dit au maire. On aurait pu avoir un projet plus modeste, ne serait-ce que par rapport aux autres communes qui ont du mal à boucler leur budget. Je considérais aussi que 25 ans, c'était long. J'ai demandé qu'on étudie sur 15 ans, il n'a pas voulu. Je déplore également que les chiffres n'aient jamais été finalisés. D'autres collègues étaient contre mais ils ont subi tellement de pression qu'ils sont rentrés dans le rang. »


Comprenez-vous cette décision du maire ?
« Non, nous aurions pu continuer à travailler ensemble. J'ai beaucoup donné, je me suis investi dans plusieurs dossiers comme le port de l'Aube, Emin Leydier, Saipol, la station d'épuration, le projet SMBE. C'est dégoûtant par rapport à tout le travail et les missions que j'ai effectués. Il en avait pourtant vanté les mérites et m'avait fait confiance. Finalement, il me renvoie. Je conteste ce manque de démocratie. C'est une forme de dictature. On n'est plus libre de ses choix. Il faut se rallier au chef sans condition. »


Était-ce la première fois que vous étiez en désaccord ?
« Nous avons déjà eu des discussions. Mais souvent je me ralliais à la majorité, ou plutôt au maire. »


Comment voyez-vous votre avenir d'élu ?
« Je reste au conseil municipal. Il n'est pas question de démissionner. Au contraire, ça me donne plus de force. Comme on m'exclut, je passe dans l'opposition. Je ne resterai pas inactif. En 1987-1988, le maire de l'époque Marcel Guilliot m'avait déjà retiré mes délégations et je lui avais mené la vie dure. Je ne vais pas baisser la garde. J'ai une grande connaissance des dossiers, je les retravaillerai. Je ne parlerai pas dans le vide. »


Avez-vous songé à mener votre propre liste pour 2014 ?
« C'est trop tôt pour en parler. »

De son côté, le maire Gérard Ancelin affirmait hier qu'il n'avait pris aucune décision. Il n'a pas souhaité s'exprimer davantage sur le sujet.

Laurianne PERMAN 

           !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

« On sera pendu ce matin sur la place de l’église »

Publié le vendredi 03 février 2012 à 10H20 

 

Une semaine après le vote du projet muséal qui a divisé la majorité, le maire de Nogent-sur-Seine devrait prendre aujourd’hui son arrêté pour retirer les délégations de deux de ses adjoints, Hugues Fadin et Jean-Pierre Mérat. Leur sort devait être définitivement scellé hier soir lors d’une réunion de la majorité. « Nous serons jugés au tribunal jeudi soir (hier, NDLR) », annonçait la veille Jean-Pierre Mérat. « Annick Neeser (l’épouse de Thierry Neeser mène des activités associatives dans le bâtiment libéré par la justice) donnera les clés du tribunal. Mais les prévenus ne sont pas conviés. Nous serons pendus sur la place de l’église vendredi matin », poursuit-il. « J’attends la décision définitive. Après, je m’exprimerai sur la façon de travailler d’aujourd’hui. Le système de fonctionnement des précédents mandats me convenait. Depuis trois ans, trois et demi, ce n’était plus le cas. Je venais à reculons », avoue l’adjoint qui dit ne pas avoir de rancœur. Élu depuis 1989, il se pose toutefois des questions sur son avenir au sein de l’hémicycle. Pas question en tout cas de rempiler en 2014. « La vie politique municipale, c’est terminé pour moi. Je ne sais pas si je finirai mon mandat. J’aurai du mal car j’aime bien la franchise », avoue le Nogentais qui a refusé de serrer la main au maire depuis l’annonce de la sanction.

« On ne peut plus rien dire »

Jean-Pierre Mérat ne regrette pas sa prise de position par rapport au musée. « Parfois, on est d’accord. D’autres fois on ne l’est pas. Ça permet de faire avancer les choses. Mais on ne peut plus rien dire. J’espère que ce projet aboutira. Je ne me suis abstenu qu’à cause du loyer. On a choisi la solution la plus chère pour les Nogentais et nos impôts. On n’a jamais pu discuter. On est dans un système totalitaire depuis trois ans, ce même système à la bolchévique qui va nous virer. » Outre le retrait de leurs délégations, Jean-Pierre Mérat et Hugues Fadin devraient aussi être exclus de la majorité, comme, d’après le deuxième adjoint, deux autres de ses collègues. « Officiellement, le maire ne m’a rien dit », avouait mercredi Patrick Deladerière, un des conseillers municipaux sur la sellette. « Rien ne m’étonnerait, quand je vois comment il a agi vis-à-vis de ses deux adjoints. Hugues Fadin a beaucoup travaillé pour lui sur de gros projets. Jean-Pierre Mérat et lui sont très compétents. C’est désolant d’en arriver là. » L’élu avait préféré ne pas siéger lors du dernier conseil « pour éviter la polémique. Sinon, je me serais abstenu. Ça ne me plaisait pas trop qu’on me force la main. » « Le projet muséal est un projet coûteux sur une durée de vingt-cinq ans, ce qui est énorme. On ne sait pas ce que va devenir Nogent-sur-Seine. Le projet nous a été présenté huit jours avant le conseil, ça fait un peu juste. Il n’était pas modifiable », regrette Patrick Deladerière qui compte bien néanmoins garder sa place autour de la table municipale.
« Ça fait vingt-neuf ans que je suis au conseil. J’ai toujours travaillé dans le sens de la Ville. Je me considère toujours dans la majorité. Si j’en étais écarté, je me mettrais du côté des exclus avec Hugues Fadin. » Hier, Françoise Teinturier, conseillère municipale qui serait sous le coup d’une sanction, était aussi toujours dans l’expectative. Elle ne comprend pas. « On est en démocratie. J’ai toujours voté en mon âme et conscience et je continuerai ainsi. Si on ne peut pas s’ex-primer comme on veut… J’ai voté contre car je n’étais pas d’accord avec le système de financement. Même si je suis exclue de la majorité, je resterai au conseil. » « J’ai été élue pas les Nogentais, je continuerai à prendre des décisions pour eux en espérant faire au mieux », conclut-elle.

Les deux adjoints ont vidé leur bureau à la mairie

Publié le vendredi 03 février 2012 à 10H17 -  

 

Nogent-sur-Seine - Mercredi, Hugues Fadin et Jean-Pierre Mérat, les deux adjoints dans le collimateur du maire, Gérard Ancelin, ont vidé leur bureau à l'hôtel de ville.
Chargé de l'urbanisme, des travaux et de l'environnement, Hugues Fadin avait accumulé ces dernières années des montagnes de dossiers. Tous ces documents ont rejoint son domicile. Jean-Pierre Mérat aurait été plus expéditif. L'adjoint aux affaires sociales aurait mis au rebut une bonne partie de ses dossiers ! De son côté, Hugues Fadin, qui ne décolère pas, a décidé de rejoindre l'opposition…

 

le feuilleton continue

Nogent-sur-Seine


Nogent-sur-Seine- Hugues Fadin et Jean-Pierre Mérat n'ont toujours pas pris de décision.

Les négociations se poursuivront lors d'une nouvelle rencontre dimanche matin

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Nos Voisins de NOGENT SUR SEINE

SUITE et FIN du feuilleton    mais...mais... est  ce vraiment la FIN ??????????

Hugues Fadin et Jean-Pierre Mérat, deux adjoints de Gérard Ancelin opposés aux modalités du projet de musée Camille-Claudel, ne font plus partie de la majorité
Nogent-sur-Seine  ( articles et photos EST ECLAIR )


Nogent-sur-Seine - mardi 14 février, Gérard Ancelin a signé un arrêté dans lequel il retire les délégations à deux de ses adjoints, Hugues Fadin et Jean-Pierre Mérat

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Ce n'est pas la fin du feuilleton " Nogent sur Seine, ton univers impitoyable  "

Pourquoi pas une série télévisée ????????


Intrusion dans la centrale nucléaire ......   Musée Camille Claudel ......

le Maire destitue des adjoints .....la Mairie et le boulanger .......

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Nogent-sur-Seine

Nouvelle défection dans la majorité

 

Françoise Teinturier, seule conseillère municipale à avoir voté contre le projet de partenariat public privé

lors du dernier conseiller municipal, jeudi 26 février, a décidé de rejoindre...

vendredi 17 février 2012 à 10:23
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
et maintenant .......

NOGENT SUR SEINE ET LE BOULANGER